Les premiers Sauvillois
Flèche bas Flèche haut

LES SANS BOUDOTTES 

C'est ainsi que l'on surnomme avec humour parfois les habitants de Sauville , Pourquoi ? je l'ignore ..Et c'est ici...En Lorraine

Dans l'antiquité, la contrée vosgienne a été sucessivement occupée par les hommes préhistoriques ( âge de pierre, de bronze, de fer ), par des envahisseurs ligures, des celtes, et des belges Leuques.

En traversant l'histoire, on ne peut dater avec certitude quels sont les hommes et femmes qui devinrent les premiers habitants de Sauville.

 

Supposons

 

Selon Mr Duhamel, on a la preuve irréfutable de l'existence de tumulus durant la période dite ' protohistoire ', découvert en forêt de Martigny... à 2 km de Sauville ( moins 1000 à 500 ans de notre ére ) ces tumulus fouillés ont révélé des pièces archéologiques exposées au musée d'Epinal et de Saint-Germain-en-Laye. ( J'ai placé son rapport à la suite de la partie consacrée aux Mérovingiens, cliquez ! )

 

Aux 3 ème siècle avant J-C, les belges, frères des Celtes conquirent notre contrée et s'y établirent. Les Leuques frappaient monnaies d'or, d'argent et de bronze ; leurs prêtres étaient des druides.

Simultanément, le manque d'entente entre les diverses tribus belges attira aux 1er et 2ème siècles des invasions germaines ; pour se défendre les Leuques firent appel aux Romains.

 

Les Gaulois auxquels appartenaient les Leuques et les Lingons vécurent-ils à Sauville ?, pour l'instant on l'ignore, mais ce n'est pas improbable car La Mothe était dans les temps anciens un oppidum ( lieu de refuge et lieu commercial). On reconnaîtra à ces Gaulois le rituel du sacrifice animal pour complaire à leurs dieux.

Parrallèlement, la vie s'organise, les sentes deviennent des chemins, des routes ; L'agriculture s'intensifie avec la charrue, la herse, ils seront sédentaires... et ils construiront des villages.

 

Le manque d'entente entre les diverses tribus belges attira aussi aux 1er et 2ème siécles des invasions germaines ; ( pour se défendre les Leuques firent appel aux Romains ), ces Leuques sous domination germaine ne défendirent pas Vercingétorix .

Le Romain arrive et Vercingétorix oeuvrant pour l'unification des tribus essaiera de contrer ces intrus ( des batailles dont les petites gens paieront le prix - pillage, famine, villages incendiés, femmes bafouées -) Mais soldats et fonctionnaires de Rome introduisirent leur religion, leur langue et leur civilisation. Le Romain construira, avec l'aide des populations, la voie consulaire Agrippa, celle là même qui ira de Trèves à Lyon en passant par Langres, Toul, Metz et des énormes bornes seront posées tous les mille pas.

Les esclaves cultivaient les biens des riches propriétaires dont les métairies seront les noyaux des villages ( ceux qui portent des noms terminés en " ille " .)

Les villages seront reliés entre eux par des chemins ( diverticilum). À Sauville un diverticulum existe toujours : Elle reliait le village d'Aureil-Maison à la Mothe (oppidum).

 

Notre Village perdit alors son isolement... à Sauville, un petit groupe de personnes devaient vivre près de la fontaine de Trémançon car le soc des charrues découvre fréquemment d' anciennes fondations de maisons triangulaires ( trémançon est peut-être une contraction linguistique de 3 Manses ; C'est à dire 3 constructions )

 

Bref, le Romain a aussi apporté la " modernité de l'époque" et la naissance du Gallo - Romain... à partir de cette période Sauville obtient son nom = SAUVILLA

La paix s'installe pour 2 siècles " Pax Romana ". Mais la léthargie s'installe hélas ! !

 

Aux 4 ème et 5 ème siécles, le barbare ( Francs, Alamans, Vandales, Alains, Huns ) approche venant de l'est et du nord, il s'approprie le village voisin dont on donnera le nom de leur chef Vréhère" VHEHERIS-CURTIS = VRECOURT "

Les érudits pensent que les terminaisons en " ille " sont de consonance gallo-romaine et celle en " court " de consonance Franque.

 

Après 496, notre région reconnut l'autorité du roi franc CLOVIS.

Nous sommes maintenant aux 5 ème, 6 ème, 7 ème siècles, la vie est rude et cruelle, Sauville est en " Austrasie " et ont-ils participés au combat qui opposait Austrasiens et Neustriens ? Les puissants s'essayaient à des traités de paix dont un fut signé à Pompierre par le roi Burgondes avec Sigebert et Brunehaut, cette reine qui mourut les cheveux attachés à la queue d'un cheval...

Ces étrangers se mêlent à la population sauvilloise et agrandissent le village : CE SONT LES MEROVINGIENS ( coteau du rouge-parey et champs Kyrié) .

 

Ensuite Sauville passa sous la dynastie Carolingienne de Charlemagne (742 - 814 ) et de ses descendants ; Son seul fils survivant Louis Le Débonnaire ou le Pieux passa à ses 3 fils la France en héritage... et ce fut désastreux : On arriva au traité de Verdun qui partagea la france en 3. ( année 843 )

Charles obtint la France ; Louis la Germanie ; Lhotaire la Lotharingie qui deviendra par la suite : LA LORRAINE qui elle-même fut divisée en 2 ( basse et haute) Sauville appartiendra à la Haute Lorraine.

 

Sauville passa donc, successivement terre Française, terre germanique, et terre lorraine... Jusqu'à Louis le quinzième mais auparavant notre premier souverain fut un DUC : Gérard D'Alsace... (1048-1070 ) qui lui-même délègua son pouvoir aux Comtes de Bar, Sauville compte alors 2 seigneuries, celle de Sauville et celle de Savigny... L'époque féodale commence avec un imbroglio de duchés, de comtés, de marquisats, d'abbayes : pour simplifier, ces notables arrangeaient leur mariage pour agrandir leur pouvoir et les plus faibles souffraient...

 

La période des Croisades en terre sainte arrive (1095-1291)

EN 1179, Geoffroy de SAUVILLE vendit à L'abbaye de Morimond la vaine pâture sur toutes les terres qu'il possédait à Sauville... ( enrichissement des abbés moines cisterciens au détriment de nos serfs )

Jean de SOYVILLE vendit en octobre 1312 à Edouard, Comte de Bar, ce qu'il possédait au village ... IL existe toujours à Robécourt un lieu-dit " terre de Jean de SOYVILLE "

Henry de SOYVILLE, écuyer, et Isabelle sa femme vendirent à Jean De chatillon- sur-Saône, six familles de Sauville en 1323.

Bertremin de SOYVILLE en 1340 fit également un marché.

BERTHOLOMIERES fit certainement des transactions avec les moines cisterciens de Morimond ( il est inhumé dans la chapelle en 1306 ).

Nos voisins de Martigny  percevaient des dîmes sur nos laboureurs.

Antoine de Serocourt était aussi un seigneur de Sauville.

Ensuite vint plus tardivement la lignée des LAVAULX et tous les seigneurs avec qui ils étaient apparentés ( toujours les mariages entre nobles familles).

Nos SAUVILLOIS traversèrent la guerre de 100 ans ( 1337-1453, querelle dynastique au regard de la loi salique) avec son cortège de maladies, de pillages, de famine, de désolation... ( peste noire de 1350 )

Pour simplifier, cette guerre opposait les Capétiens et les Plantagenêts.

Les Français Philippe VI et ensuite son fils Jean Le Bon contre les Anglais Edouard III et ensuite son fils le Prince Noir, les 2 parties revendiquaient la couronne de France ( notons qu'ils étaient cousins).

La peste noire fit son apparition et beaucoup de nos Sauvillois en moururent...

 

En lorraine, en 1431, le 25 janvier meurt Charles II, notre DUC, laissant 2 filles pour lui succéder. L'aînée, marié au comte d'Anjou est son héritière, les conseils de l'état de Lorraine confirment cette succession et son mari se fait appeler René 1er d'Anjou, c'est à ce moment précis qu'Antoine de Vaudémont ( neveu du duc défunt ), invoquant la loi salique, s'insurge et réclame l'héritage... Les alliances se forment : Antoine s'allie avec le Duc Bourgogne et les Anglais tandis que René 1er est soutenu par son beau-frère et roi de France Charles VII.( Jeanne d'Arc ) Une fameuse bataille eut lieu à Bulgnéville le 2 juillet 1431 ( La pucelle venait de périr sur le bûcher ) qui fit 3000 morts. Pour finir, le duché de Lorraine échoue au petit-fils de René 1er et il deviendra René II.

 

Ensuite on s'intéressa au démon : C'est l'inquisition qui arrive avec son cortége de cruautés et d'ignominies, Autour de notre village ; nombreux furent les pauvres héres qui brûlèrent sur le bucher. Notons qu'historiquement, les seigneurs et leurs familles étaient épargnées par ces inquisiteurs, peu allèrent sur le bûcher. Normalité du temps, ils remplissaient les caisses de l'église et aidaient à dompter le petit peuple... La croix devait être l'opium du peuple et ces serfs ne devaient pas dériver vers d'autres confessions moins obscures ...

 

1593 , Isabelle, femme de Damien Bazard, de Marey brûla à Lamarche le 15 01 1594.

1598, Jean Poirson et 3 femmes de Liffol sont soumis à la torture.

1602, la veuve Petitjean, de Graffigny est condamnée comme sorcière.

1604, Nicolas Robert, de Jainvillotte est décapité à La Mothe.

1607, Nicolas Marchal, mis à la question, condamné à mort et brûlé et à Lamarche Demange Gueugnon et Agnés Vernon seront torturés et brûlés.

1608, à La Mothe, Jeannette, veuve Demay, de St Ouen fut brûlée à Bulgnéville .

1615, Didiére La Noire, veuve de Jean Lebrun est soumise à la Question et sera brûlée.

29 juillet 1625, Jean Legros de Rocourt, sera pendu à une potence et laisser au vent.

Accablant, toutes ces personnes ont péris par dénonciation... Et bêtise humaine, tragique en soi... Le monde a-t-il réellement changé ?... Est-il plus tolérant ? ? .

 

Vint alors la tragédie de la Mothe, mais c'est une autre et longue histoire ...

 

                                                           --------------------------

DourchesLaMothe[2].pdf
Document Adobe Acrobat 258.9 KB

BLASON, ECU, ETENDARD de la maison SAUVILLE

Armorial historique lorrain par Jean Cayon 1850
Armorial historique lorrain par Jean Cayon 1850

Blason sauvillois

La maison de Sauville portait de gueules à trois aiglons ou pélicans ou alérions  (selon les sources) d'argent, la tête tournée vers le col ou vol ( selon les sources) élevé.

Le blason de Sauville devrait ressembler à ça ; cependant mes connaissances en science Héraldique sont limitées ( c'est très compliqué ) mais  la véracité doit être assez proche 

 

La légende raconte que les trois alérions qui composent le blason des ducs de Lorraine seraient dus à la formidable adresse de Godefroy de Bouillon qui, à la prise de Jérusalem, aurait réussi le tour de force d'embrocher en vol ces trois oiseaux d'une seule flèche. Plus prosaïquement, l'origine des figures représentées semble plutôt se situer dans la logique des armes parlantes selon un procédé au deuxième degré : le terme « ALERION » se trouve être une anagramme de « LOREINA », orthographe autrefois usitée pour désigner cette province (mais alors pourquoi trois alérions ?)

 

  1. GUEULES = rouge
  2. ARGENT   = blanc
  3. AIGLONS , PELICANS = symbole animal
  4. TOURNE   = se dit du chevron ( arrière-plan des aiglons ) et du croissant dont les pointes sont dirigées vers le flanc de l'écu
  5. ECU          = forme du blason

 

De gueules indique la prouesse, la charité, l'amour ardent de dieu et du prochain, la vaillance, la hardiesse, la magnanimité, et la colère, l'argent est un symbole de pureté, de franchise, de virginité, de tempérance et de chasteté.